forum rpg inspirée de l'univers de Vampire Knight
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pleins de pré-liens vous attendent juste ici nous recherchons notre directeur, les chefs de dortoirs, et encore des familles de sang-purs. N'oublier pas les Scénario.
Le sondage pour le thème du bal est ouvert pour une durée d'une semaine. La prochaine version est presque fini et bientôt prête à être installée.

Partagez | 
 

 Shen Yukimura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 29/08/2018
Age : 18
MessageSujet: Shen Yukimura   Mer 29 Aoû - 12:59






   
Je m'appelle Shen Yukimura, je fais partie de la day class. Je suis Japonaise, j'ai 17 ans et je suis née à Kyoto. Je suis le cursus sciences pures et appliquées . Au niveau de ma vie sentimentale, je suis célibataire et bisexuelle.


   
Avatar

   
Shen Yukimura
Day Class - Lee Ji Sun (IU) - Humain
                 
   

   

this is me
   
Intelligente et peu expressive, Shen peut sembler froide et difficile à approcher. Il n’en est rien, habituée à passer plus de temps dans sa tête que dans la réalité, Shen est assez peu branchée sur le côté ressenti émotionnel des choses, et à tendance à tout prendre d’un point de vue très rationnel et théorique. Maline et curieuse, elle adore observer autour d’elle et remplir divers carnets de détails divers et d’idées expériences et de questions improbable sur le monde qui l’entour. Bien qu’attentive et logique, elle a tendance à régulièrement les perdre, et ne s’en rendre compte que bien plus tard. Autonome et plutôt indépendante, un projet, ou une idée subite peut cependant attirer son attention indivisible jusqu'à plusieurs jours, la coupant complètement du monde extérieur.
Travailleuse, serviable, et plutôt agréable quand elle n’a pas la tête dans les nuages, il ce peut cependant que le résultat obtenu ne soit pas tout à fait celui demandé. Il lui est malheureusement parfois difficile de comprendre parfaitement que tout le monde de réfléchis pas comme elle, et à tendance à être très mal à l’aise, quand elle ne comprend pas la logique de quelque chose, et a ainsi tendance à donner un avis parfois trop brut sur le sujet.
Loyale envers ses amis et ses proches, Shen sait être pour eux d’une douceur et d’une attention assez surprenante.
this is happening
   
Ce que pense Shen de la Night Class ? A vrai dire, pas grand chose, elle reconnait cependant qu’utiliser ainsi le campus sur ces deux plages horaires permets sans doute de maximiser les opportunités des élèves et l’utilisations des lieux selon les différents besoins. De plus, il ne faut pas être très observateur pour remarquer la différence de répartition de personne possédant des caractéristiques physiques jugées comme positive d’un point de vue esthétique entre les deux classes… ça mérite peut être des calculs, mais elle manque encore de données.

   


Pseudo sur le net
   
Coucou, appelez moi Sydney, j'ai 19ans, j'ai fais pas mal de Rp y a quelques années avant de faire une grande pause, mais j'espère pouvoir m'y remettre  

Code:
<pris>Lee Ji Eun (IU) ☽</pris> {Day Class} <pseudomembre>Shen Yukimura</pseudomembre>
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 29/08/2018
Age : 18
MessageSujet: Re: Shen Yukimura   Mer 29 Aoû - 13:00

once upon a time
let me tell you my story


« Qu’est-ce que tu fais là ? »

La fillette de cinq ans leva les yeux de son livre pour s’adresser au Grand qui lui faisait face. Elle n’avait jamais été très douée pour donner un âge aux gens, et le mettre dans la catégorie Grand-Enfant ou Grand-Adulte était compliqué, c’était plus simple comme ça. En plus, il était vraiment grand.

« Je lis. » Répondit-elle, avant de songer que ce n’était peut-être pas la réponse qu’il attendait, et amenda : « L’école est ennuyeuse. »

C’était devenu une habitude de plus en plus régulière au cours du dernier mois. Au lieu de descendre à l’arrêt de l’école primaire, elle continuait encore cinq stations (cinq était un bon chiffre, déjà, il était impair), dépassant le lycée, et descendait près de la rivière. Là, elle devait marcher un peu sur le chemin qui longeait le cours d’eau, avant d’arriver près d’un trou, juste à sa taille, dans la clôture d’un jardin d’une maison abandonnée (elle avait vérifié, les volets étaient toujours fermés). Sa curiosité l’avait poussé à explorer un peu le côté du jardin, et avait découvert que la porte de la vieille verrière était également cassée, ce qui lui permettait de se réfugier sur les dalles en béton, à l’abri des intempéries quand elle le désirait. La fillette avait hésité à continuer à explorer derrière la porte en bois semblant mener à l’intérieur de la maison, mais elle s’était finalement dit que sa Maman ne serait sans doute pas d’accord. (Sa mère avait déjà dit que c’était mal de rentrer chez les inconnus, mais elle n’avait jamais rien dit sur l’école, et l’école était vraiment, vraiment très ennuyeuse.)

La réponse eut le mérite de faire rire le Grand, qui se laissa tomber à côté d’elle, sans insister sur l’importance de l’école comme les autres Grand avaient tendance à le faire. Il se pencha en avant pour lire le titre du livre qu’elle avait sur les genoux, et laissa échapper un rire surpris, avant de demander :

« Oliver Twist ? Tu comprends tout ? »

Shen se mordit la lèvre. Premièrement, ce n’était pas vraiment son livre, une lycéenne devant elle l’avait fait tomber de son sac, et son père disait toujours qu’il fallait faire très attention aux livres, donc elle l’avait récupérée, puis elle avait commencé à le lire. Et deuxièmement, elle détestait ne pas comprendre, et avouer qu’elle ne savait pas. Surtout aux Grands, parce qu’ils étaient toujours trop contents de lui rappeler que c’était normal, parce qu’elle n’était qu’une Petite. C’était vraiment agaçant, surtout quand ils ne répondaient toujours pas à la question à la fin. Mais le Grand n’avait pas réagi comme les autres Grands. Après avoir jeté un coup d’œil hésitant vers l’adulte à côté d’elle, elle indiqua timidement quelques caractères qu’elle ne connaissait pas, retenant avidement les explications.

Cela suffit à briser la glace pour Shen, qui continua sa lecture, tout en demandant régulièrement, avec cette curiosité avide et autoritaire qu’ont les enfants, des traductions, ou des explications.


Quelques heures plus tard, Grand, devenu Onii-san, parce que c’était plus simple comme ça, lui indiqua qu’il était l’heure de rentrer, et déclara, en ouvrant la porte de devant, qu’il allait la raccompagner à l’arrêt de bus.

« C’est chez toi ? » Demanda la fillette en indiquant la maison qu’ils venaient de quitter. Quand il acquiesça, et qu’elle remarqua qu’il ne l’avait toujours pas grondé pour être entrée chez lui, elle plissa les yeux, presque méfiante. « Pourquoi tu ouvres pas tes volets alors ? »

« Parce que je suis un vampire. »

La réponse lui fit lever un sourcil. Habituellement, c’étaient les Petits comme elle qui pensaient être quelque chose d’autre (deux filles de sa classe pensaient être respectivement une princesse et une fée, et trois garçons un extra-terrestre, un ours et un sorcier…) sa mère disait qu’ils arrêteraient quand ils grandiraient, Shen espérait sincèrement qu’ils grandiraient vite. Et les vampires, c’était plutôt les lycéennes du bus et les collégiennes (la fille de la maison d’à côté qui gardait parfois Shen en attendant que ses parents rentrent) qui en parlaient (visiblement un livre ou un film quelconque sur les vampires, Shen avait demandé le résumé, mais ça n’avait pas vraiment l’air intéressant. Son Père avait dit que ça avait un lien avec les hormones et la puberté, et qu’elle comprendrait peut-être à ce moment là.).
Toujours était-il que Shen était plutôt surprise qu’un Grand joue encore à être autre chose, mais après tout, il avait déjà montré qu’il était différent des autres grands.
En plus, sa mère lui avait expliqué (après que la fillette est assez innocemment fait pleurer trois de ses camarades en leur expliquant respectivement que la princesse japonaise s’appelait Aiko de Toshi, qu’aucune trace de vie n’avait encore été trouvée hors de la terre, et qu’il n’avait vraiment aucune capacité spéciale pour un extra-terrestre, et que faire de la boue n’était pas faire des potions), que si les gens voulaient croire qu’ils étaient autre chose parce que ça leur faisait plaisir, il ne fallait pas les déranger.
Shen n’avait pas du tout envie de déranger Onii-San, surtout qu’il l’avait aidé à lire Oliver Twist, et qu’il ne lui avait pas dit qu’elle devait aller à l’école.

Relevant les yeux vers lui, elle remarqua qu’il attendait visiblement une réponse, alors elle demanda :

« Je peux revenir demain ? »


« Au moins, tu es entrée par l’avant ce coup-ci. »

Ce fut le seul commentaire d’Onii-San lorsque Shen sonna à sa porte le lendemain. Remarquant sa curiosité, il l’autorisa à visiter le rez-de-chaussée, qui comprenait, en plus de la verrière, un large salon, une salle à manger, une grande bibliothèque et une salle de musique avec un piano à queue. Il y avait aussi une cuisine, mais elle était toute poussiéreuse et presque jamais utilisée.

« Je n’en ai pas besoin, puisque je suis un vampire. »

Shen avait envisagé que cette histoire de vampires n’ait été que la lubie de la vieille, mais c’était visiblement une blague de sa part. Les Grands avaient toujours de ses habitudes de jouer de la crédulité des Petits comme elle. La fillette hésita à lui dire que sa blague n’allait malheureusement pas fonctionner, puisque malgré ses cinq ans, elle savait bien que les vampires n’existaient pas. Cependant, il lui avait promis de lui prêter les livres de sa bibliothèque pour les lire avec elle, ravalant un soupir, elle décida de jouer le jeu et demanda :

« Du coup, tu vas boire mon sang ? »

La question sembla le surprendre une poignée de secondes, avant qu’il n’éclate de rire, et ne lui explique qu’il utilisait des Blood Tablet, ou quelque chose comme ça pour remplacer le sang. De l’avis de Shen, ça ressemblait beaucoup à un médicament, mais en y réfléchissant un peu, Onii-San était plutôt pâle, et il avait toujours les volets fermés. Un jour, elle avait regardé une émission avec son père où ils parlaient d’une maladie où les gens étaient comme allergiques au soleil, et du coup ne pouvaient pas sortir le jour (son père lui avait dit qu’elle devait aller se coucher très vite, mais elle se souvenait de ce détail).
Bon, et bien si Onii-San était malade, il avait bien le droit de se prendre pour un vampire, c’était sans doute plus amusant comme ça, décida la fillette, se promettant de jouer le jeu si ça pouvait lui faire plaisir, et ainsi de ne jamais explorer l’étage où il y avait « des choses pour vampires », même si elle pensait simplement qu’il s’agissait de « choses pour adultes ». Elle lui dit cependant que si son but était d’attirer des petites filles, elle serait sans doute la seule qu’il attirerait avec des livres, pour les autres Petits, il faudrait plutôt qu’il essaye les jouets et les sucreries. Sa déclaration fit éclater de rire Onii-San, qui lui assura que ce n’était pas son but.  Il était vraiment bizarre.




Cette étrange association continua plusieurs mois. Tous les jours d’école, ou presque (La maitresse avait expliqué au début de l’année que certains jours étaient plus importants que d’autres, parce qu’il y aurait des tests qui étaient importants pour la suite. La fillette se débrouillait toujours pour savoir lesquelles et venait pour les évaluations. Ses parents la voyaient partir et revenir aux heures convenues tous les jours, et voyaient les bulletins impeccables, et les enseignants pensaient simplement que ses parents avaient choisi de prendre en charge une partie de sa scolarité à la maison après l’incident avec ses camarades. Grâce à ses excellents résultats, personne ne se posa jamais de questions, et cela arrangeait bien trop Shen pour qu’elle cherche à les corriger d’une quelconque manière.) Shen descendait cinq arrêts après l’école, et marchait jusqu’à la maison près de la rivière, où elle sonnait une fois avant d’entrer.

Souvent ils lisaient dans la bibliothèque, l’un à côté de l’autre pour que Shen puisse lui poser des questions. Remarquant qu’il lisait souvent en une langue étrangère, la fillette curieuse lui demanda de la lui apprendre. Et à ces leçons d’allemand improvisées s’ajoutèrent des leçons de piano quand la curiosité la poussa dans cette direction. Parfois, ils discutaient simplement, Onii-San guidant à l’aide de questions et de réponses le raisonnement logique et l’argumentation de la fillette. Le sujet des Vampires apparaissait régulièrement pour disparaître aussi vite, Shen ne s’y intéressant pas vraiment, puisqu’ils n’existaient pas.
Un jour, elle demanda cependant si elle dérangeait Onii-San. Il y réfléchit quelques minutes, avant de répondre qu’il était en général, et qu’ainsi elle lui tenait compagnie.

En effet, ils étaient généralement seuls, mais parfois des amis à lui venaient. Eux aussi disaient qu’ils étaient des vampires, et Shen songea qu’Onni-San avait vraiment de bons amis qui étaient prêts à jouer encore avec lui à faire semblant même si c’était un Grand. Mais bon, après tout, il était malade, alors c’était sans doute pour ça qu’ils jouaient encore avec lui à ce jeu. Mais après tout, ils étaient tous un peu étranges, et semblaient prendre le jeu plutôt sérieusement, ayant toujours l’air amusé face à ses réponses pleines de curiosité et de questions. Mais un peu plus d’un an après que la fillette ait pris l’habitude de venir régulièrement, un incident eut lieu.

Shen n’en a aucun souvenir précis, elle souvient seulement qu’elle était assise dans le salon, avec Onii-San, Onee-San, et trois autres amis, quand l’un d’eux déclara quelque chose comme « Et on devrait se contenter de ces tablettes merdiques alors qu’on à de la chair fraiche sous la main… »
Le silence fut instantané. Et alors qu’habituellement, tous encourageaient les joutes verbales, la fillette eut à peine le temps d’ouvrir la bouche pour répliquer qu’Onee-San l’avait prise dans ses bras, et la portait dehors. D’un geste elle attrapa les affaires de l’enfant et la poussa dehors, déclarant qu’elle l’accompagnait à l’arrêt de bus. Onee-San lui expliqua que Onii-San devait parler de quelque chose avec ses amis, mais que toutes les deux n’avaient pas le droit de rester. Shen aurait bien aimé en savoir plus, mais Onee-san lui proposa d’aller dessiner. La fillette avait conscience que son ainée cherchait une diversion, et elle aimait beaucoup Onee-San, elle venait plus souvent que les autres, était très jolie, et avait accepté de lui apprendre à dessiner. Alors pour lui faire plaisir, elle accepta, et ne posa aucune question non plus quand la jeune femme lui expliqua qu’elle avait prévu un voyage surprise pour Onii-San et elle, et qu’ils ne seraient pas de retour avant la semaine suivante.


La semaine suivante, personne ne mentionna l’incident, de même que le nom de l’ami, qu’elle ne revue jamais. Mais cela ne marqua pas spécialement la fillette, qui pensa simplement qu’ils avaient du se disputer, parce l’ami en avait eu marre de jouer un Vampire, et avait préférer jouer un Ogre. Enfin bon, elle n’allait pas se mêler de leurs affaires… c’était des grands après tout !


Ces jours de Paradis avec ses amis Grands qui jouaient comme des Petits à être des Vampires, tout en lui apprenant plein de choses dura presque trois ans. Jusqu’à ce que sa mère soit mutée en Angleterre, et que la famille Yukimura ne déménage de l’autre côté du globe.

« Alors, comment tu trouves Londres ? »

C’était sa grand-mère maternelle qui avait posé la question, mais ses trois autres aïeux s’étaient eux aussi penchés en avant, avides de la réponse qu’allait donner cette jeune adolescente. Pour l’année de ses douze ans, toute la famille avait décidé de rejoindre le couple Yukimura et leur fille à Londres, pour fêter Noël en famille. Qu’aucun d’entre eux ne soit chrétien ne semblait pas être un problème, c’était une trop bonne excuse pour revoir la fillette qui s’était transformée au cours des cinq dernières années en joli brin de femme, malgré son habitude à nouer ses cheveux toujours ébouriffés en queue de cheval inégale, ou d’enfiler des vêtements un peu trop grands. (Quand on lui avait demandé, la jeune femme avait expliqué qu’elle allait entrer dans la puberté, et qu’ainsi son pic de croissance n’allait pas tarder, et qu’il était ainsi plus pratique de prévoir des vêtements plus grands.)
Cependant, ses remarques tranchantes et terre à terre n’avaient pas changées, bien qu’elles s’étaient teintées de sarcasmes et d’un humour pince-sans-rire très anglais, mais qui s’alliait étrangement bien à son caractère.


Shen prit une poignée de secondes pour réfléchir. Ses grands-parents lui posaient régulièrement la même question lorsqu’ils appelaient, environ une fois par mois. Et si elle pouvait ressentir une véritable franchise dans les mots, elle savait aussi qu’ils cachaient une proposition de revenir au japon avec eux. Elle était leur seule petite fille, et même s’ils faisaient pleinement confiance à ses parents, l’adolescente savait qu’ils aimeraient qu’elle soit plus proche d’eux. (La sœur de son père était en couple avec sa meilleure amie depuis le lycée, même si les adultes préféraient dire qu’elle « était toujours en colocation, à son âge ! », et quant aux deux frères de sa mère, l’un n’avait toujours pas d’enfant, et l’autre avait, lui, eu deux fils, qui habitaient à quelques heures de trains seulement de chez eux.)
Les trois Yukimura leur manquaient d’autant plus que ses parents avaient décidé de profiter de leur position en Angleterre pour visiter l’Europe, ce à quoi ils consacraient leurs congés, plutôt que de revenir en Asie.


Le japon lui manquait. Parfois. Maintenant qu’elle était au collège, elle était certaine que d’éviter ainsi les cours comme elle l’avait fait plus jeune ne serait plus aussi facile, et elle appréciait énormément le système scolaire anglais. Les horaires de ses parents ne s’étaient pas beaucoup adoucis en traversant deux océans,  si bien que cela lui permettait également de longues heures d’autonomie et de liberté auxquelles elle n’était pas prête à renoncer.

« Je m’amuse beaucoup. »

Les quatre seniors poussèrent un soupir commun, avant de changer de sujet en lui demandant de leur jouer un morceau de violoncelle. Elle avait commencé cet instrument un an après son départ, prendre des cours de piano lui avait semblé trop étrange, loin de cette maison de rêve, et sans Onii-San a quelques mètres d’elle pour lui apporter correction et conseils. La jeune femme avait également testé différents sports, et hésitait à présent sur lesquels continuer l’année suivante, quand de nouvelles matières s’ajouteraient à son emploi du temps.

Mais la majorité de son temps libre, se partageait en général entre la bibliothèque de la capitale du Royaume-Uni, et les laboratoires de son école, dont elle avait réussi à négocier l’accès, en échange d’une aide aux devoirs régulière. Au début, elle avait essayé d’installer un laboratoire dans sa chambre, mais par manque de moyen, et de soutien de ses parents (elle n’avait fait exploser que trois fois des choses en deux ans, pas de quoi en faire un drame !). Elle s’était également fait quelques amis, qui l’avaient aidée à s’intégrer parfaitement, même si elle avait rapidement pris le rôle d’observatrice qui lui correspondait bien mieux.

« Tu es sûre de toi ? »

La question de sa mère résonna quelques secondes dans l’appartement silencieux, sa voix douce, mais ses mots assurés comme ils l’étaient toujours. La chaude nuit d’été était finalement tombée sur l’appartement, qui étreignait les deux femmes dans la pénombre, que seul le lampadaire de la rue derrière la fenêtre ouverte dissipait légèrement. Shen était allongée sur le canapé, la tête sur les genoux de sa mère, qui passait doucement ses doigts dans ses cheveux. Après un an de séparation, mère et fille étaient heureuses de se retrouver ainsi dans cette calme intimité qu’elles avaient toujours partagée.

Diplômée l’année de ses dix-sept ans, la jeune japonaise avait choisi de prendre une année sabbatique pour explorer l’Europe par ses propres moyens. Cette manière de vie convenait à son esprit curieux et insatiable. Restant quelques jours à plusieurs semaines à chaque endroit selon les envies, la jeune femme avait voyagé ainsi pendant huit mois, avant de trouver un stage dans un laboratoire à la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche.

« Oui. »

Shen avait fermé les yeux en répondant, et sa mère ne put que contempler avec un léger sourire le visage immensément calme de sa fille, qui avait à la fois tant grandi et si peu changé depuis la première fois qu’elle avait ainsi posé sa petite tête brune sur ses genoux pour lui poser une poignée des centaines de questions qui traversaient en permanence son esprit.
Au fond d’elle-même Mei Yukimura avait su depuis la veille, quand son époux et elle étaient allés chercher leur fille à Saint Pancras après son dernier transit depuis Paris. Les yeux sombres de cette dernière brillaient de joie de leurs retrouvailles, mais également de cette lumière qu’elle avait vue illuminer ses prunelles depuis –elle aimait le croire,- qu’elle avait ouvert les yeux pour la première fois. Ces étincelles d’intelligence, qu’elle connaissait presque aussi que les minuscules rides de concentrations qui s’étaient formées sur le fond de l’adolescente au cours des années. Shen avait réfléchi, et même au delà, elle avait sans doute épluché dans les moindres détails le site internet, et toutes les informations disponible, et avait sans doute déjà simuler au moins une dizaine de situations différentes.


La quarantenaire ne dit rien, continuant doucement de laisser ses doigts caresser les mèches sombres de sa seule enfant, attendant, dans ce silence doux et calme, la suite qui se formait déjà sous les lèvres de la japonaise.

« Le campus de l’académie est tout proche d’une fille traditionnelle, à quelques kilomètres de Tokyo. Ils ont plusieurs départements, dont un de sciences pures et appliquées, qui à …. »

Elle ne s’arrêtait plus, ses paroles enthousiastes trahissant sans peine son excitation, moins à l’idée de rentrer sur son île natale, qu’à l’idée de continuer ses études sur ces matières qui la captivaient tant. Elle avait entendu parler de cette académie par hasard au cours de son stage, l’un des responsables avec lequel elle devait travailler était lui aussi d’origine nippone, et y avait fait ses études quelques années plus tôt. Ses anecdotes positives, et les informations supplémentaires qu’elle avait réussi à glaner sur internet l’avaient définitivement séduite, et après quelques minutes à écouter le monologue de sa fille, Mei ne put retenir un éclat de rire avant de finalement répondre.

« Ça va, ça va, j’en parlerai à ton père quand il rentrera la semaine prochaine ! »

Un grand sourire étira les lèvres de Shen, qui pressa affectueusement son visage contre le ventre de sa mère, murmurant ses remerciements contre le tissu.
Bientôt.

(c) code par lorelei sebasto cha kusumitagraph pour vampire knight
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Serveuse dans un bar & Hunter
Messages : 84
Date d'inscription : 14/05/2018
MessageSujet: Re: Shen Yukimura   Mer 29 Aoû - 14:50

Oooh bienvenue choupie
Bon courage pour ta fiche ! (IU MON DIEU ♥️)

Et ne t'en fais pas si le forum paraît un peu ralenti, il ya une maj de relancement qui se prépare petit à petit

_________________
Dangerous Women
I have to protect the humans, whatever happens. Even if I have to kill you.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 29/08/2018
Age : 18
MessageSujet: Re: Shen Yukimura   Mer 29 Aoû - 17:30

Merci

Super, j'ai vraiment hâte
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Chargée de discipline à l'université Eirin
Messages : 431
Date d'inscription : 22/04/2018
MessageSujet: Re: Shen Yukimura   Dim 9 Sep - 14:59

coucou désolée pour le temps je te valide
Félicitation!
Le monde s'ouvre à toi


sacrer fiche j'espère que tu t'amuseras désolée pour le temps.

Te voilà finalement validé(e)! Une bonne chose de faite! Pourtant, ton aventure sur le forum ne fait que commencer. Je t'invite à passer par les demandes, une section qui permet de recenser les informations importantes sur ton personnage. N'oublie pas ensuite d'aller créer ta fiche de liens ici ainsi que ton sujet récapitulant tes rps dans ce forum. Si tu recherches des personnages importants pour ton personnage, n'hésite donc pas à poster parmi les disparus. Sur ce, amuse-toi bien sur Vampire Knight!

N'oublie pas de poster dans le sujet du premier event, pour participer au bal qui arrive très prochainement.
(c) code par lorelei sebasto cha kusumitagraph pour vampire knight

_________________
+ TU ES L'ARROGANCE DE MON ÂME +

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 22/05/2018
MessageSujet: Re: Shen Yukimura   Lun 10 Sep - 22:25

Une humaine huhu, Ara va se réglaer #oupas #pan !

Bienvenue parmis nous :D !! Et bon jeuuu !

_________________
I wouldn't change a thing about it
This is the best feeling This innocence is brilliant I hope that it will stay This moment is perfect Please don't go away I need you now And I'll hold on to it Don't you let it pass you by
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 29/08/2018
Age : 18
MessageSujet: Re: Shen Yukimura   Mar 11 Sep - 22:42

Yume
Merci pour la validation !


Arata
En sauce alors, elle risque d'être un peu sèche :/ /setait/
Merci beaucoup, j'ai hâte de m'y mettre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Shen Yukimura   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shen Yukimura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yukimura Sanada est là
» Le Général Yukimura Sanada et l'ex lieutenante Erza Scarlett
» Kira Yukimura • Liens et Rps
» [Présentation] Yukimura Sanada
» Shen Jia Feng ♣ Plaît-il?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between two worlds ::  :: Le formulaire d'inscription-
Sauter vers: